Mes conseils sécurité

 


http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs_909/index.html

Sur la route, comprenons nous.

Au volant de nos véhicules, nous ne sommes pas aussi manoeuvrable qu’un VL, apprenons donc le code des PL.
Si dans un passage étroit, un camion venant de face, vous fait un appel de phare, cela veut dire qu’il vous laisse le passage et non comme le croient certains automobilistes pour vous le demander.
Sachez lui rendre la pareille, cela, évitera très souvent bien des incompréhentions.

Si vous désirez doubler un véhicule sur une route, patientez en vous laissant déportez de temps à autres de façon à vous faire voir du chauffeur, celui-ci dès que cela sera possible se serrera et vous fera signe de passer, en mettant son clignotant à droite, soit directement avec le bras par la portière.
Remerciez le en actionnant le warning dès que vous l’aurez dépassé. Si vous n’êtes pas pressé, faîtes de même, vous aurez également droit aux remerciements.

Dans la mesure du possible, ne doublez que si vous désirez rouler plus vite, il est très désagréable pour celui qui travaille de voir un véhicule qui vient de le doubler bouchonner devant lui, l’obligeant ainsi à freiner et à de fréquents changements de vitesse.

Sécurité et tranquillité pour la nuit.

Il y a en France, comme ailleurs, des zones plus à risques que d’autres, ceux sont très souvent les abords de grandes villes, les parkings d’autoroutes ou de grandes routes. La majorité des incidents racontés se passent dans ces lieux.
Il suffit de s’éloigner de cette zone de quelques kilomètres pour trouver un petit coin où
l’on passera une nuit tranquille..

j’ai toujours, pour visiter les grandes villes, privilégié le camping qui m’offre la sécurité pour la nuit mais également le parking de jour pour le CCar pendant que je visite la ville à l’aide des transports en commun avec, en plus le soir, le confort et les services du camping.

En stationnement libre, Je ne mets jamais les vérins, et le véhicule toujours dans le sens de la marche, prêt à partir. ( au cas ou je devrais déménager en pleine nuit, (voir mon voyage au Québec).

Je me cache de la route, pour une raison bien simple, pour qu’ il y ait problème, il faut déjà que la ou les personnes mal intentionnées aperçoivent le véhicule.

Les fenêtres, stores et rideaux sont toujours fermés, ceci pour ne pas tenter le voleur occasionnel qui de ce fait ne sait pas ce qu’ il va trouver à l’ intérieur. Combien de personnes, chien ou pas , disposition etc. (ne pas savoir si vous êtes couchés devant, derrière ou au milieu est pour lui un handicap) etc.

Anecdotes:

Lors d’un voyage en Andalousie, pendant la Semaine Sainte, nous étions garés devant les arênes sur le bord du Guadalquivir. Nous avions pas mal marché et, fatigués, toutes lumières éteintes, allongés sur le lit nous regardions passer les pénitents, lorsque quelqu’un essaya de forcer la serrure, le temps d’aller à la porte, il n’y avait plus personne, je pense qu’il a eu plus peur que moi et trouva son salut dans la fuite, le reste de la nuit s’est déroulé sans autre incident.

Une autre fois, lors d’une halte tardive, nous avons trouvé sur le coup de minuit un parking pour dormir un peu.
Moins de deux heures plus tard, nous étions réveillés par une ronde de motos autour du cc, certains motards tapaient sur la carosserie du véhicule.
Pas très rassurés, nous nous demandions bien quelle conduite avoir, sortir ? ils paraissaient quand même très nombreux, puis cela s’est arrêté, plus aucun bruit, nous avons entrouvert un rideau, mais nuit noire, impossible de voir, puis Morphée nous a repris et la nuit s’est terminée sans autre incident.
Au petit matin, osant enfin mettre le nez dehors, je me suis aperçu que nous étions dans le fond d’un parking de boite de nuit, et que la ronde à laquelle nous avions eu droit, n’était que celle d’une bande de jeunes sur le départ et qui avaient décidé de s’amuser un peu. Ceux là peuvent se vanter de nous avoir foutu la trouille.

je n’ai que ces deux anecdotes à raconter en plus de 20 ans de voyage, c’est bien peu je vous l’accorde, dans le même temps, notre domicile à été cambriolé trois fois malgré l’alarme et le chien et pourtant nous sommes en pleine ville, loin d’être isolés.

Mes choix, pour une bonne nuit.

L’été, je pratique très exceptionnellement pour la nuit les aires CCar souvent trop surchargées.

Mon épouse est passée maître dans l’ art de déchiffrer une carte Michelin et de nous trouver le petit coin, près des ruines du château,de ruines gallo-romaines,d’un point de vue etc. Tous ces sites sont très rarement visités de nuit d’où tranquillité absolue.
La place près de l’ église des petits villages serait parfaite, s’ il n’ y avait les cloches, J’ aime assez les parkings de cimetière, surtout si ceux-ci sont un peu en retrait du bourg.

Le stationnement près du stade ou de la salle des fêtes nous a très souvent accueilli. Il y a au pire entrainement ou match en nocturne.

Certains sites touristiques offrent également des facilitées de parking, il est très souvent possible d’y passer la nuit après accord des responsables bien sûr.

La formule France Passion, ne nous a jamais déçu.

Hors saison, il y a des campings dans les petites communes qui, bien qu’étant fermés, laissent l’accès possible sans service bien sûr.

L’avantage du Camping-car est selon moi de se déplacer très facilement, je ne comprends donc pas certains qui squattent au même endroit pendant deux ou trois jours, voire une semaine. Ceux là, de plus, sûrement de peur de perdre leur place vidangeront en douce à la tombée de la nuit !!!. ( Belle image que nous laissons aux municipalités qui nous accueillent.)

Jamais de déballage, bien des interdictions tomberont si vous savez vous fondre dans le décor, la discrétion a toujours payé et nous a souvent permis de pratiquer du sauvage y compris en Autriche, Hollande ou Danemark.

La liste est loin d’être complète, à chacun de la compléter en fonction de ses goûts personnels. Je suis, vous l’aurez compris pour la liberté mais ne refuse pas en certaines occasions le confort et les services du camping.