Posdam, Berlin – 2011

Après deux jours et demi de route et 1600 kms parcourus, nous ne sommes plus qu ‘à une soixantaine de kilomètres de Berlin. Nous quittons l’ autoroute en direction de Coswig,
une mauvaise lecture de la carte nous fait prendre
6 kms de piste difficile au travers du très beau parc de Worlitz, de style anglais, pour arriver sur l’ embarcadère du bac qui traverse l’ Elbe.
Un petit camping en bordure du fleuve nous accueille. Nous avons profité de la belle vue sur le village et de l’ animation grâce aux pêcheurs, installés à l’ ombre sur l’autre rive, pour le week-end.

 

 

 

 

Après une bonne nuit et les pleins effectués nous voilà en route pour Potsdam, la visite du château et du parc de Sans-Souci est au programme. La construction des différents bâtiments et les aménagements paysagers
se sont échelonnés sur plus d’ un siècle (1744 -1860). Ce « joyau du rococo » est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1988.

 

                                                                                                          
                                                                       

Les célèbres terrasses en gradin abritent des serres où prospèrent des figuiers.

La vue sur le château est progressive, elle se découvre au fur et à mesure de la montée du grand escalier.

         
 

              

 

                                      
Cet immense parc abrite des bâtiments de différentes époques et une petite pagode comme c’était très en vogue au 18e siècle

La promenade dans ce remarquable ensemble, par
une très belle journée, nous laisse un grand souvenir.

A Berlin, nous choisissons l’ aire pour camping-cars de  » Berlin Mitte « proche du centre ville, un peu bruyante mais très pratique par la proximité d’ une station de métro.

                            

 

 

 

En nous promenant, nous sommes rapidement confrontés à l’ histoire récente de la ville. Des fragments de mur sont conservés et une galerie de photos est présentée en mémoire des allemands de l’ Est tués lors de leur tentative de passage à l’ Ouest.

A quelques stations de métro, nous voici sur la Gendarmen-Markt où un élégant théâtre d’ inspiration grecque est encadré par deux célèbres cathédrales.

                           

Des quartiers ont été reconstruits, il reste néanmoins de nombreuses zones en chantier. Un peu plus loin, une statue attire notre attention sur un curieux tuyau rose !

                    

 

                                                         
 

 

Nous arrivons à la Potsdamer Platz. Depuis la réunification et la destruction du Mur, des investisseurs privés ont redonné vie au vaste terrain vague.

   

 

       
 

«  Ich bin ein Berliner » (  Je suis un Berlinois )
est une citation célèbre du discours du président américain John F. Kennedy lors de sa visite à Berlin-Ouest le 26 juin 1963.
Cette phrase avait pour but de montrer le soutien moral des
États-Unis aux habitants de l’ Ouest et plus particulièrement
aux Berlinois enclavés en Allemagne de L’ Est.

Des centres commerciaux et des restaurants donnent sur un grand patio végétalisé protégé en partie par une originale coupole.

        
 

Proche du centre, l’ immeuble d’Otto Block, leader mondial des prothèses et des orthèses, offre ses lignes naturelles au regard des passants.

 

Le monument à la mémoire des Juifs d’Europe assassinés est composé de 2711 stèles formant une vague sur un site immense. Il est à la fois un lieu
de deuil et de réconciliation.

La Porte de Brandebourg, après avoir étépendant trois décennies le symbole de la division de la ville, en est devenu le véritable emblème. L’ ensemble est couronné par le célèbre Quadrige de la Victoire.
C’ est un des lieux de promenade préféré des touristes qui aiment se faire photographier avec des figurants de l’ époque du Mur.

                     

Le lourd Palais du Reichstag abrite le Parlement de l’ Allemagne réunifiée, son architecture est allégée depuis la construction (en 1999) d’ une coupole de verre diffusant par un jeu de
miroirs la lumière du jour dans la salle plénière.
La longueur de la file d’ attente pour atteindre le dôme et sa plate-forme panoramique nous a découragé.
..

       
      

      En bordure de la Sprée, le contraste est surprenant entre les bâtiments administratifs et les touristes en promenade utilisant les différents modes de déplacement : bateaux, tricycles etc.

      
      

 

 

 

La Lehrter bahnhof est une des gares les plus modernes d’ Europe.

Notre voyage se poursuit en direction de la Pologne : http://errances.eu/voyages/pologne-2/pologne/