Croatie -Istrie – 2004

 

 

Le passage de la douane se fera très facilement, un simple coup d’oeil sur nos cartes d’identité et nous voici en Croatie. Nous visiterons l’Istrie qui est la région la plus visitée du pays.
Nous prenons la direction de Porec en restant au plus près de la mer. Nous sommes immédiatement surpris par le nombre et la grandeur des campings, à l’opposé de la Slovénie, tout en Istrie ne semble vivre que pour et avec le tourisme. Le littoral est parsemé de villages de vacances et de centres hôteliers.

 

 

 

Nous ferons étape peu après Umag dans le camping « Ladin Gaj ». Celui-ci doit fermer dans trois jours, il est pratiquement vide.

 

 

Immense camping de près de 2000 emplacements.
Nous profitons de deux jours de parfaite tranquillité, c’est certainement moins calme en pleine saison

 

Il possède un éventail de services complets dont certains, comme la douche pour chien ne fait pas encore partie de nos standards.

 

 Porec, capitale de l’Istrie, est bâtie sur une presqu’île, l’architecture y’est essentiellement romaine et vénitienne. Les petites rues ombragées incitent à la promenade et au farniente.

 

 

 

   

La mer est toujours présente et les nombreuses terrasses des bars et restaurants nous invitent à la pause.

La basilique Euphrasienne élevée au VI siècle par l’évêque Euphrasius est un monument exceptionnel où se mèlent tradition occidentale héritée de l’architecture antique et de très fortes influences bysantines.

Basilique à trois nefs séparées par deux rangées d’arcades reposant sur des colonnes de marbre aux chapiteaux finement sculptés.

 

Sur fond or, d’extraordinaires mosaiques : le Christ et ses douze Apôtres, la Vierge Marie entourée par des anges.
Le baldaquin date de 1267, il est recouvert de mosaïques de style vénitien.

 

 

 

 

Vues sur le baptistère et le campanile.

 

Nous avons très souvent vu ce panneau de mise en garde au bord des routes.

Ayant observé plusieurs fois des parcelles ayant brûlé, cet avertissement se justifie entièrement.

La route de Rovinj nous offre de magnifiques vues sur le fjord de Lim qui entre des parois parfois hautes d’une centaine de mètres s’enfonce de 9 kilomètres dans les terres.

Ses eaux, réputées pour leur pureté, sont protégées.

Rovinj est également à découvrir à pied (parking à l’entrée), les ports, les places et les ruelles ont un caractère vénitien très marqué et beaucoup de charme.

 

Deux vues du port sainte Catherine. Un marchand de souvenirs à « caractère marin » utilise son bateau comme magasin.

 

 

 

Les ruelles de Rovinj ont incontestablement des accents italiens. Le clocher de la Cathédrale sainte Euphémie est surmonté par une statue en cuivre de la sainte qui fait office de girouette. Elle est toujours utile aux marins et aux plaisanciers pour indiquer la direction du vent.

Les façades aux teintes chaudes sont nombreuses, la tour de l’horloge, de style vénitien est porteuse d’un lion ailé. Le parking face à l’aquarium était au trois quart vide en ce début d’octobre.

 

La côte rocheuse est particulièrement belle et les eaux sont turquoises.

 

 

 

Pula possède l’un des amphithéâtres les mieux conservés du monde romain (en meilleur état que le Colisé), c’est une ellipse de 132 m sur 105. L’arène pouvait accueillir 23 000 spectateurs. Il est encore utilisé pour des concerts et pour le festival de cinéma, les combats de gladiateurs n’ayant plus cours.

 

Le mur d’enceinte est composé de trois étage de voûtes et d’un quatrième percé de fenêtres carrées. Quatre tours remplissaient le rôle de vomitoires.

 

 

Cette porte à deux arches voûtées était franchie par la voie romaine,
elle donne aujourd’hui sur un jardin.

 

 

Le petit théatre romain est proche de la citadelle.

 

 

Vue sur la ville et les arènes depuis les remparts (dommage que le temps soit un peu nuageux).

L’Hôtel de ville du XIIIième siècle possède une belle façade
Renaissance à arcades.

Le temple d’Auguste fut construit au Ier siècle. Six
colonnes corinthiennes supportent le fronton triangulaire, l’ensemble est bien conservé.

 


Ces deux bâtiments cernent cette place très vivante, coeur de la ville
et ancien forum.

Nous quitterons Pula et prendrons la direction de Rijeka pour rejoindre Rakalj où nous espérons trouver un coin en bordure de mer pour la nuit. Au bout de quelques kilomètres, le bitume fait place à la piste, nous décidons de continuer malgré tout. Nous sommes sur les hauteurs et le décor autour de nous est grandiose. C’est la baie de Raška.

La piste semble descendre dans une carrière, nous avons dû faire une erreur quelques part. Nous n’avons d’ailleurs croisé que 2 véhicules un peu surpris de nous trouver là …
Nous apercevons un terre-plein légèrement en retrait d’où la vue est magnifique, nous décidons de nous y installer pour la nuit.

 

 

Nous verrons au matin ce troupeau de moutons resté sur les hauteurs pour nous observer, très surpris, eux aussi, de nous voir là.

Nous continuons notre remontée vers le nord. La route est en corniche et offre de belles vues mais les villes traversées ont toutes en commun d’être adossées à la falaise et de n’être pas très accessible à notre véhicule.

 

 

Un camping et plusieurs hôtels occupent le fond de cette anse. Il est impossible, en dehors de ces établissements, d’accéder au bord de mer.

 

Nous ferons plusieurs tentatives infructueuses pour trouver un restaurant et un parking possibles. Nous finirons par déjeuner
dans le véhicule sous la pluie.

Le temps de nuageux devient noir et la pluie diluvienne se déclanchera peu avant Rijeka.
Nous décidons de prendre la route de Trieste et d’entamer le retour, nous apercevons à peine le poste de douane, le contrôle sera encore plus rapide qu’à l’aller.

Nous serons très vite à Trieste, la pluie s’est momentanément calmée. Après avoir observé la carte, nous prenons la route d’Isola de Grado où nous passerons la nuit.

 

fin

Nous suivre à Venise: http://errances.eu/voyages/italie/venise-2004/