La Baltique et Gdansk 2011

             

 

 

Après un premier contact avec la Baltique et un bivouac sur un parking en bordure de plage, nous voici arrivé au camping Stogi près de Gdansk.L’ accès à la plage semble compromis par cette harde de sangliers dont un vieux mâle assure la défense. Nous avons du attendre la fin du repas offert par les campeurs pour continuer la promenade.

 

 

 

 

Le soir, une sortie sur la plage nous a permis de voir à nouveau un sanglier solitaire faisant systématiquement les poubelles très près des baigneurs encore présents.

                    

                           

Le lendemain matin, le tram de la plage nous emmène au centre historique de Gdansk. Cette cité, anciennement Dantzig, est appelée  » la Perle de la Baltique « . Elle a été presque
rasée lors de la deuxième guerre mondiale, sa reconstruction minutieuse est parfaitement réussie, elle montre toute sa vitalité.

La Voie Royale et la rue Dluga qui la prolonge s’ étendent entre la porte Dorée et la porte Verte. Elles sont fascinantes avec leurs façades de notables et leurs immeubles à
l’ architecture spécifique des villes hanséatiques.
L’ Hôtel de Ville à la fois de style gothique et renaissance domine la ville par son beffroi de 82 mètres de hauteur.

 

                             

Les façades peintes et les pignons sculptés en font un des plus beaux ensembles de la Pologne.

 

                     
                      
                              

Devant la Cour d’Artus qui faisait office de tribunal apolitique pour toute l’ Europe du Nord en faveur des guildes de marchands et des bourses de commerce, la jolie fontaine de Neptune
rappelle que la principale richesse de la ville est la mer.

La rue Mariacka abrite des boutiques de souvenirs et des bijouteries d’ ambre. N’ oublions pas que Gdansk, depuis des siècles, est considérée comme la capitale de l’ ambre.

 

Après être passés sous la Porte Verte, nous avons longé les quais de la Motlawa pour voir la vieille grue qui fut la plus grande d’ Europe au Moyen Age avec ses énormes roues en bois
mues par des hommes marchant à l’ intérieur tels des hamsters .

                               

 

« Solidarnosc » (solidarité en polonais) Ce monument a été inauguré le 16 décembre 1980 pour commémorer les ouvriers tués lors des grèves de décembre 1970. C’ est la première fois
qu’ un parti communiste érige un monument reconnaissant les victimes de son propre régime !.
Cet ensemble est composé de trois gigantesques croix en acier inoxydable de 42 mètres de hauteur comportant à leur base douze bas-reliefs illustrant des scènes de la vie ouvrière.
C’ est devenu un site incontournable pour tous les visiteurs officiels et les syndicalistes du monde entier.

Lors de sa première visite en Pologne, en 1978, le Pape Jean-Paul II prononça ces quelques mots:  » N’ayez pas peur « . Fort de cet encouragement papal, les Polonais entamèrent
le 14 août 1980 une grève qui se terminera presque dix ans plus tard
par la chute du communisme.

                                                            
                       

Près de Gdansk, la cathédrale d’Oliva, mérite le déplacement.  Construite par des moines cistertiens à la fin du 17e siècle. Cette abbaye connut une histoire très mouvementée qui
se termina par l’ expulsion des moines par les Prusssiens en 1831; l’ église ne devint cathédrale qu’ en 1925.

Une étroite façade baroque bordée par deux tours gothiques, un intérieur étroit mais très long (107mètres ) un maître-autel baroque, de belles stalles et une superbe chaire justifieraient
la visite à eux seuls.

           

Cet édifice recèle un orgue incomparable, de style rococo, doté d’ une sonorité exceptionnelle. Sa construction en bois sombre sculpté est réalisée pour entourer un beau vitrail d’ une Vierge à l’ Enfant.
Un festival international de musique d’ orgue y est organisé chaque année, des virtuoses du monde entier viennent s’y produire.

 

En continuant vers l’ Est, à une soixantaine de kilomètres de Gdansk, le château de Malbork se dresse sur la rive droite du fleuve Nogat.
C’ est le 
plus grand château médiéval d’ europe, il figure depuis 1997 au patrimoine mondial de l’Unesco.
Il fut la capitale de l’ Ordre des Chevaliers Teutoniques jusqu ‘à la moitié du 15e siècle.

 

  

En allant vers les lacs de Mazurie, nous faisons halte à Gierloz au  » Repaire du Loup « . Au milieu d’ une immense forêt, totalement invisible de la route, 80 bâtiments dont 50 bunkers constituaient le centre de commandement
de l’ offensive allemande à l’ est.

Cette mini-ville produisait son électricité et  possédait une voie de chemin de fer, un aérodrome et même un cinéma.  Les murs de plusieurs bâtiments destinés à Hitler et aux plus hauts dignitaires atteignent 8 mètres d’ épaisseur, les barbelés et les champs de mines étaient dissimulés par un immense filet de végétation artificielle variant à chaque saison.
Jamais découvert durant la guerre, il fut plastiqué par les allemands en déroute en janvier 1945. La nature a partiellement repris le dessus transformant la visite  en une promenade, il est toutefois difficile d’ oublier l’ objectif de ce monstrueux ensemble.

   

 

                 
    
           
 

 

 En repartant, la vue de La forêt engloutie accentue le caractère sinistre mais pédagogique de cette visite.

Notre voyage se poursuit en Lituanie: http://errances.eu/voyages/pays-baltes/lituanie/